Date

17Avr 2024

Heure

2:00 pm - 4:00 pm

Labels

Grand public

Avec le temps en l’an II.

L’artiste aîné Peter Gnass et l’artiste de la relève Luk Théroux réaliseront une œuvre commune dans laquelle se répondront leurs techniques et visions artistiques, au Centre des arts contemporains du Québec de Sorel-Tracy, les 22, 29 et 31 mars prochains.

Dans le cadre de l’appel de projets en développement culturel de la MRC de Pierre-De Saurel de 2022, le directeur général du Centre des arts contemporains du Québec à Sorel-Tracy, Dominique Rolland a mis sur pied l’activité Avec le temps en l’an II. Ce projet, qui se divise en deux volets, met de l’avant les thématiques du réchauffement climatique et de l’environnement.

Le 4 mars dernier sur le quai Richelieu, pour le premier volet du projet, deux artistes aînés, soit Paul Pépin et Robert Corbeil, ont réalisé des sculptures avec de la neige devant les visiteurs. Ces sculptures éphémères représentaient des espèces animales en voie d’extinction comme la baleine, l’ours polaire ou la grenouille. Avec l’utilisation de la neige, ces créations artistiques s’inscrivent dans le mouvement artistique appelé land art, c’est-à-dire des œuvres d’art créées avec les matériaux de la nature.

Trois prestations publiques et gratuites

Pour le deuxième volet, l’artiste aîné de la Montérégie, Peter Gnass, et l’artiste sorelois de la relève, Luk Théroux, produiront ensemble une œuvre d’art en récupérant une toile de parasol de 12 pieds. Ils créeront en alternance sur un panneau du parasol récupéré. Il s’agira donc de juxtaposer le travail de ces deux artistes ainsi que de voir comment leurs perspectives artistiques, en couleur et en dessin, se répondent et se répliquent. Afin d’offrir un spectacle plus impressionnant, M. Gnass et M. Théroux ont déjà commencé à créer sur quelques pans du parasol. Les trois prestations publiques poursuivront donc un travail entamé. Cette symbiose créative s’inspire du mouvement artistique readymade, où les artistes récupèrent un objet manufacturé pour le transformer en œuvre d’art.

Selon Dominique Rolland, ce dialogue entre l’artiste aîné et celui de la relève symbolise le passage du flambeau à la nouvelle génération. D’ailleurs, il précise qu’il est important de briser l’isolement des artistes plus âgés. « Les aînés ont encore des choses à dire. Ils veulent encore s’impliquer. Ils veulent aussi contribuer. C’est un peu dans cet esprit-là », déclare-t-il.

Le public est donc invité à assister gratuitement à trois séances de création le mercredi 22 mars de 14 h à 16 h, le mercredi 29 mars de 17 h à 19 h et le vendredi 31 mars de 11 h à 16 h. Les visiteurs pourront également rester pour discuter avec les artistes autour d’un café ou d’une bière. Dès que la température le permettra, l’œuvre sera exposée de manière permanente à l’extérieur.

La mission de l’organisme

M. Rolland rappelle qu’un de ses mandats est d’amener l’art à la portée de tous. Il est d’avis que le Centre réussit cette mission en raison des commentaires favorables reçus et des nombreux projets réalisés, dont le Musée plein air de Lachine à Montréal. L’organisme va d’ailleurs célébrer sous peu son 40e anniversaire d’existence.

« On a le projet 1 qui a été ficelé. On va s’enligner pour le projet 2. Au bout de la ligne, ça va être un projet d’une dizaine de millions, qui va être un complexe des plus importants au Canada. Et, si je prends juste le projet qu’on a monté à Lachine avec les sculptures, ça attire entre 400 000 et 1 000 000 de visiteurs. Donc, imaginez ce que ça peut amener au niveau du développement économique à Sorel », conclut-il à propos de l’installation permanente du Centre des arts contemporains du Québec à Sorel-Tracy.

  • 00

    jours

  • 00

    heures

  • 00

    minutes

  • 00

    secondes